Se forcer ?

Bonjour à tous !

Voilà quelques temps que l’envie d’écrire un article me démange et suite à un petit temps de réflexion, je vous partage mes pensées au sujet du blocage de l’écrivain.

En ce qui concerne l’écriture, nous avons tous des défis différents. Que ce soit de trouver de l’inspiration, de trouver du temps, de réussir à démêler une intrigue complexe… mais il arrivera toujours un moment où on se retrouvera face à notre ordinateur, sans savoir pourquoi les mots ne viennent pas.

Quand on parle des romans, que l’on souhaite les terminer, on entend généralement le conseil qu’il faut y aller, se forcer un peu pour remettre en fonctionnement la machine. Et pour être tout simplement honnête, ce conseil ne m’aide absolument pas. Je l’ai déjà essayé de nombreuses fois, cherchant à écrire les romans qui me tiennent à cœur, mais tout ce que je peux écrire en me forçant ne me donne que l’envie d’appuyer sur la touche effacer. J’arrive même parfois à être agacée par ma propre histoire, alors même que je l’apprécie, au fond.

Me forcer me donne l’impression que je ne suis pas faite pour ça, que si les auteurs à succès se forcent pour terminer leur livre, alors peut-être que je n’y arriverai jamais. Forcer sur mon envie d’écrire m’enlève toute passion pour l’écriture, ça me donne l’impression de faire un travail. À la base, l’écriture m’est venue à huit ans et je ne cherchais pas à me forcer à quoi que ce soit pour terminer une histoire (aussi courte et peu cohérente soit-elle !). Peu importe, elle était terminée, j’étais heureuse, je n’ai jamais eu le sentiment de me forcer. Alors, en vérité, qu’est-ce qui se passe dans notre tête d’adulte ?

faith-enck-481810-unsplash

Quand on s’assoit derrière notre écran et que les mots ne viennent pas, il arrive un moment où on perd patience ou bien on en arrive à être déçu par nous-mêmes de ne pas y arriver. « Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à finir mon roman comme les autres ? » Et on finit par se dire : « Tant pis, ce n’est pas grave » avant de passer à autre chose pour la journée. Oui, au fond, ce n’est pas grave. Il n’y a rien de grave dans cette situation, et je dirais même que notre histoire, même si elle n’est toujours pas écrite, remplie complètement son rôle puisqu’elle vit dans notre esprit pour nous inspirer, pour nous animer chaque jour. Et si parfois on perd la connexion en étant trop confronté à nos difficultés d’écriture, elle est quand même présente et l’amour que l’on a pour elle reviendra toujours (promis juré !)

Mais la seconde vérité dans tout ça, c’est que si ce n’est pas grave, on n’en reste pas moins des écrivains qui n’écrivent pas. Et j’ai tout simplement envie d’éradiquer le mot forcer de ma tête. Je n’ai pas envie de passer du temps à me forcer à écrire, parce que sinon je ne vois pas ce que cette passion apporterait dans ma vie. Le problème ne concerne pas mon envie, ni mes inspirations, encore moins les mots qui défilent dans ma tête l’air de rien…

Le vrai problème dans tout ça, c’est une question de confiance. Suis-je à la hauteur du roman que je veux écrire ? Cette question, je me la pose pour chaque roman que j’ai en tête. Et si je prends soin d’eux, les dépoussière de temps en temps, le résultat reste le même : ils ne sont encore que dans ma tête et pas assez sur le papier pour être partagés. Et tout cela me paralyse. Est-ce que je vais réussir ? Est-ce que je suis à la hauteur ?

nathan-dumlao-1215608-unsplash

La réponse à tout cela, ce n’est pas de se forcer à écrire et cela ne le sera jamais. Pardonnez-moi si c’est votre mode de fonctionnement, mais je n’y adhère pas. La véritable solution derrière cela est de changer de verbe. Parce que si je n’ai pas envie, ok, je n’ai pas envie, ce n’est pas grave, mais si je manque de confiance, ce n’est pas de me forcer qui va arranger les choses. Non, ce qui va m’aider, c’est d’oser.

Ce mot résonne en moi et vient chatouiller mes peurs l’air de dire : êtes-vous prêtes pour le voyage, parce qu’on décolle ! La plupart du temps, lorsqu’on bloque en tant qu’écrivain et que l’on ne trouve pas la source, c’est que cela vient de l’image que nous avons de nous-mêmes. Pouvons-nous écrire ce roman ? Est-ce que mes mots valent le coup ? Et c’est cette paralysie qui nous bloque à chaque fois que nous nous posons devant notre clavier.

Mais aujourd’hui, il n’est plus question de se forcer, puisque nous devons apprécier le voyage autant que la destination. Il s’agit d’oser être nous-mêmes, d’oser nous exprimer. Oser dire les mots qui sont en nous. Oser raconter cette histoire qui nous inspire et nous fait sourire. Oser croire que ce n’est pas seulement dans notre tête. Oser nous lancer dans l’inconnu.

nick-hillier-328372-unsplash

Oui, nous ne savons pas de quoi l’écriture d’un roman est faite. Nous ne savons pas quels obstacles se dresseront sur notre route, combien de fois nous aurons besoin de faire une pause, mais c’est tout le but d’un voyage. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’oser maintenant. Oser se dire que cela vaut vraiment la peine, pour nous, et que cela n’a rien à voir avec l’idée d’être publié ou lu. Cela vaut la peine parce qu’écrire nous apporte plus encore que la réussite de notre histoire. Car cette histoire nous accompagne déjà aujourd’hui et que nous avons seulement besoin d’oser passer du temps avec elle, croire en elle.

Je ne sais pas pour vous, mais oser remplacera l’autre mot que je bannis de mon vocabulaire. Je ne vis pas pour me forcer. Enfin, je veux dire, c’est comme se forcer à regarder notre film préféré alors qu’on n’est pas d’humeur. Cela n’a pas de sens ! (Oui, j’ai déjà dit deux fois « forcer », ne m’en voulez pas, c’est pour l’article !) Toujours est-il qu’aujourd’hui il est bon de se rappeler que ce n’est pas grave. Un roman est important sans l’être, nous n’allons pas jouer notre vie dessus. Non, nous allons choisir l’écriture parce qu’elle nous procure de la joie, pas parce que nous le « devons ».

Et définitivement, osons écrire. Osons nous exprimer. Et puis osons partager. Ce ne sont que des étapes, il suffit d’oser à chaque fois croire en nous-mêmes.

Vous pouvez faire ça pour vous ?

Caroline


Photos : 1, 23 sur Unsplash

Réouverture du site & présentation !

Bonjour à tous !

Première chose : je vous souhaite une merveilleuse année. Deuxième chose : vous m’avez manqué !

La dernière fois que je suis venue par ici, c’était en novembre pour mettre en pause ce site. Je ne vais pas répéter ce que j’ai déjà dit dans mon précédent post, l’idée générale est que j’avais besoin de changement. Pour être plus vraie, arrêter de changer de casquette et surtout pour me permettre d’aller au-delà du thème de l’écriture. Et vous l’aurez déjà compris en arrivant sur le tout nouveau site que ce thème n’est nul autre que : l’aquarelle !

Mais puisque j’ai de nombreuses choses à vous dire, procédons dans l’ordre. Tout d’abord, parlons du tout nouveau domaine : leboisdecaroline.fr. Passé l’excitation d’avoir pour la première un site .fr rien qu’à moi (sorte d’accomplissement personnel, voyez-vous…), je peux vous parler du choix de ce nom. Je ne peux pas dire que ce fut bien compliqué. J’avais besoin d’enlever mon nom de famille qui rendait mon site parfois trop formel et me donnait l’impression de tenir une page wikipedia, et je souhaitais malgré tout conserver cette image du bois, qui me correspond plus que vous ne pourriez l’imaginer et qui représente un peu plus encore la femme que je deviens.

Le Bois de Caroline m’offre aussi la possibilité d’avoir comme une « marque » qui regroupe sous sa bannière tous les thèmes de ce blog, soit l’écriture et l’aquarelle, et tout ce que je fais.

rob-wingate-434155-unsplash

Autant le dire tout de suite, je parlerai tout autant d’écriture puisque c’est un sujet qui me passionne (et parce que j’avais bon nombre d’idées d’articles ces deux derniers mois sans pouvoir les publier…). Tandis que l’aquarelle, nouvelle venue, va se dévoiler peu à peu et va également venir secouer la poussière pour faire entrer un peu plus de lumière.

Comme je vous l’avais annoncé dans mon article précédent, la spiritualité va venir se greffer à tout ça. Je ne chercherais plus à me limiter, ni à brider ma parole. Parce que la spiritualité fait partie de ma vie depuis que j’ai dix ans. Et si cela fait quelques années que je suis en totale transparence sur ce que je peux vivre au quotidien (ressentis, réception de messages, énergies, guérison…), je ne m’étais encore jamais « affichée » sur mon blog. Sauf que ça devient de plus en plus difficile de ne pas pouvoir m’exprimer pleinement.

L’aquarelle est venue me donner un coup de pouce pour faire ce pas de plus. J’ai commencé l’aquarelle en début d’année 2018 et quelques mois plus tard, j’ai tenté l’aventure des Portraits d’âme. Prenant ma sœur comme cobaye, j’ai essayé de voir ce que cela donnait si je dessinais et me laisser guider. Quel message allais-je recevoir, quels symboles ? Et si j’avais déjà rencontré sur internet des personnes talentueuses faisant cette activité, je découvrais alors que j’avais la possibilité de le faire également.

john-mark-smith-334689-unsplash

C’est là que mes éclaireuses, des femmes différentes et inspirantes chacune à leur manière, m’ont fait confiance pour réaliser leur Portrait d’âme, me permettant de franchir les limites de ma zone « connue » pour découvrir ce que je devenais au-delà. Et ces portraits sont un merveilleux cadeau dans ma vie, puisque j’ai l’impression de grandir un peu plus à chaque dessin, à chaque rencontre d’âme.

J’ai totalement conscience que cette nouvelle activité, au-delà de sa simple créativité, peut sembler floue pour certains qui ne sont pas du tout dans les domaines que sont la spiritualité et l’art intuitif, mais je ne peux plus faire autrement, il faut que j’en parle !

Pour le reste, l’écriture continuera son petit chemin comme à son habitude. Il y aura de nouveaux articles régulièrement et je reprendrais peut-être même des sujets oubliés comme La Lecture des Écrivains. Quant à l’aquarelle, je ne sais pas encore si elle fera l’objet d’articles, même si c’est fort possible. Pour l’instant, le site reste une simple vitrine pour ceux et celles qui seraient intéressé·es par ce que je propose. Et ce, même si la boutique est encore loin d’être prête et que mes services ne sont disponibles pour le moment que pour les habitants de mon département.

Voilà, il me semble avoir fait le tour ! J’ai l’impression de faire un saut dans le vide et en même temps, je ne vois pas quel autre chemin prendre. Ce site, aujourd’hui, ne peut être plus à mon image et je suis fière d’oser me montrer telle que je suis.

J’arrête de me cacher. La sorcière sort du bois… 😉

Caroline


Photos : Rob Wingate & John-Mark Smith sur Unsplash