Bannière

De retour trois jours plus tard, je ne peux pas dire que je n’ai pas écrit. Ce qui en soi est plutôt une bonne chose. Je ne trouvais tout simplement pas quoi dire à propos de ces deux derniers jours, car même si j’ai écrit, ce n’est pas allé plus loin que quelques paragraphes.

En manque d’inspiration et sujette à un petit retour de l’anxiété, j’ai voulu ralentir le rythme et surtout ne pas me forcer. Mais cependant, je voulais me donner une chance de me surprendre en essayant un peu tous les jours et je souhaitais surtout ne pas m’en vouloir d’avoir écrit si peu. Et ce, même si je n’étais pas satisfaite ce que j’avais fait.

Soit ! Deux jours sont passés et une nouvelle journée a commencé. Une nouvelle journée qui me fait dire que, si je souhaite toujours avancer sur mon roman et travailler un peu dessus tous les jours, je devrais peut-être oublier mon idéal de mots pour un temps. Il faut dire que j’ai constamment en tête les 3000 mots idéals et tout ce qui se trouve en-dessous me laisse sans arrêt un arrière-goût de déception. Je sais, pour avoir suffisamment lu à ce sujet, qu’il est préférable de se donner des objectifs réalisables. Cet objectif, je peux l’atteindre, je n’ai aucun doute là-dessus. Je l’ai déjà fait, même certains jours où j’avais l’impression de ne pas y arriver. Mais la différence avec les premiers jours de reprise du Journal, c’est que je me suis laissée envahir par tout un tas de pensées parasites, provoquant sans nul doute le retour de mon anxiété. La situation est donc différente, car il ne s’agit plus d’aller au-delà de ses peurs, mais de pouvoir prendre soin de soi dans un moment où le stress est envahissant et parfois paralysant.

Je souhaite toujours avancer, mais je vais certainement prendre plus mon temps et oublier mon objectif de mots. J’ai regardé une vidéo juste avant de me lancer dans l’écriture qui traitait justement du stress et les petites clés que le conférencier a données m’ont permis de me reconnecter à l’essentiel. Ça m’a permis d’écrire un peu plus aujourd’hui, même si le stress est présent. À l’avenir, je pense peut-être écrire un article au sujet de l’anxiété et de l’écriture, parce que je ne suis certainement pas la seule et que si j’ai l’air de patiner dans la semoule, j’ai quand même beaucoup appris ces dernières années. Il suffit de retrouver un état intérieur plus calme avant de reprendre son sac à dos plus lourd !

Je suis tout de même fière d’avoir réussi à écrire ces trois derniers jours et je vais continuer d’avancer en douceur, pour moi et pour mon roman que je souhaite terminer, mais tout en me respectant avec mon anxiété. C’est pourquoi il m’arrivera sûrement de ne pas publier un post tous les jours, pour en assembler quelques uns comme aujourd’hui et éviter un stress supplémentaire.

Allons-y en douceur ! 💛

 

Nombre de mots écrits : 366 – 219 – 903

Chapitre(s) en cours : Des hommes

 

Caroline


Photos : 1 sur Unsplash

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.