Votre chemin

Bonjour à tous !

Sur le long chemin de l’écriture, combien de fois pensons-nous avoir tort ? Combien de fois nous doutons de nos choix ? Que cela concerne le temps que nous consacrons à l’écriture, le choix de nos projets ou même tout simplement à quel point nous laissons la peur de l’avenir nous influencer, nous sommes constamment confrontés à des obstacles. Toutes ces barrières se dressent sur notre chemin qui devrait nous mener au bout de notre rêve. Peu importe quel est ce rêve, qu’il soit de terminer un roman ou de le faire éditer, voire qu’il soit un succès, nous vivons sans cesse des hauts et des bas. Et dans ces cas-là, il peut nous arriver de remettre en cause nos propres choix.

Quand notre rêve est de faire lire notre livre, de le partager, nous nous engageons à y arriver. Nous essayons d’écrire le plus possible, voire même de tenir un planning pour arriver au plus vite à cet objectif. Parfois nous y arrivons et, d’autres fois, nous sommes encore en cours de route, en plein dedans. Il m’est arrivé quelquefois de m’interroger sur ce chemin que j’entreprenais. Au fond, est-ce que je suis vraiment capable de vivre de l’écriture, même seulement de réussir à terminer ces romans qui me tiennent tant à cœur ? Est-ce que je n’en fais pas trop, est-ce que je n’ai pas de trop grands objectifs ?

Le chemin - 1

Et parfois on en vient à donner raison à ceux qui ne croient pas en nous-mêmes. Ceux qui pensent que c’est perdu d’avance. Oui, au fond, peut-être qu’on est à côté de la plaque et que cela ne mènera qu’à l’échec. Peut-être que nous sommes en train de bousiller notre vie… Ou pas. On peut déjà dire que l’échec n’est pas une fin en soi, mais un passage pour l’apprentissage. Considérant cela, on peut toujours être un peu plus confiant et se dire que peu importe ce qui arrive, quelque chose de bon ressortira.

Et pour être honnête, c’est ce qui m’amène à vous écrire cet article. Parce que je réfléchissais à propos de La Voix d’Origine qui fait partie de ma vie depuis cinq ans déjà et qui n’est toujours pas terminé. Est-ce que ça vaut encore le coup que je m’accroche ? Est-ce que je n’aurais pas dû me satisfaire de ce que j’avais réussi à produire il y a déjà deux ans ? Je crois en cette histoire avec la même ferveur qu’au début, si ce n’est plus, mais les doutes persistent. Et après mûres réflexions, je voulais vous partager un petit quelque chose que j’ai compris et qui me permet aujourd’hui de détendre mes épaules.

Le chemin - 2

Au nom de quoi un chemin est mieux qu’un autre ? La peur de se tromper est omniprésente chez moi, comme si me tromper, faire une erreur changerait à jamais ma vie. Mais avouons-le, choisir de développer ou non une histoire n’est pas un choix si déterminant que ça. Au fond, on s’en fiche un peu. Aucun chemin n’est meilleur qu’un autre. Il n’y a pas un chemin bon et l’autre terriblement mauvais. Nous autres écrivains sommes assez conscients des nuances dans les histoires. Peu importe le chemin que nous prendrons, il sera fort en apprentissage et nous apportera autant de joie que d’obstacles.

Il y a deux ans, j’ai terminé une première version de La Voix d’Origine et d’après le retour des premiers lecteurs, j’ai senti que cela ne me satisfaisait pas. J’aurais pu m’arrêter là, mais j’ai décidé de me donner du temps et de continuer. Et vous voulez savoir la vérité ? M’être arrêtée aurait été une tout aussi bonne chose que de continuer. Aujourd’hui, j’ai découvert des choses merveilleuses à développer dans mon roman. Je suis fière de ce que cette histoire est en train de devenir et je suis contente d’avoir choisi ce chemin. Mais si je m’étais arrêtée, mon livre serait terminé, j’aurais eu une victoire et je serais passée à autre chose.

La vérité c’est que dans tous les cas il y a du bon et du moins bon. Aujourd’hui, mon histoire n’est toujours pas terminée, mes doutes sont là et je fais ce que je peux pour être réellement satisfaite de mon roman. Mais si j’avais arrêté, j’aurais été fière d’être arrivée au bout d’un roman qui me tient à cœur depuis des années et, même si j’aurais eu quelques légers regrets, j’aurais appris à être fière de ce que j’ai fait. J’aurais appris à tourner la page et à m’engager avec plus de force dans un nouveau roman.

Le chemin - 3

Il n’y a pas de bon ou de mauvais chemins. J’ai publié Pandore et aujourd’hui il y a quantité de choses que je changerais dans mon roman, que ce soit au niveau de l’écriture ou de l’histoire, mais je suis tellement fière de ce que j’ai pu faire. Aussi imparfait soit-il, je l’accepte complètement. Oui, j’aurais pu passer encore des années à le peaufiner. Oui, j’aurais pu l’améliorer. Mais l’un de ces chemins n’est pas meilleur que l’autre. Si vous éprouvez le besoin de continuer, alors allez-y, peu importe le temps que cela prendra. Mais si vous éprouvez le besoin de passer à autre chose, écoutez-vous aussi.

Pendant des années, j’ai culpabilisé que La Voix d’Origine ne soit toujours pas publié, comme si j’étais dans l’erreur depuis un moment, mais penser que je me trompais a été ma seule erreur. Ces deux parcours m’ont appris qu’il n’y a pas lieu de penser à mal, ni à culpabiliser parce qu’on prend son temps ou qu’au contraire, on décide d’arrêter un projet même s’il y aurait encore à refaire. Je pense que la seule différence, c’est la raison pour laquelle vous continuez sur ce chemin, quel qu’il soit, et quelles répercussions cela a dans votre vie. Si continuer ou vous arrêter vous rend malade, vous donne l’impression de traverser un mur trop épais, alors ce n’est pas ce qu’il faut. Mais au contraire, tant que cela vous nourrit, vous enrichit, tant que cela vous fait du bien, alors il n’y a pas de mal, il n’y a pas d’erreur.

Il existe plus d’un chemin et aucun n’est le bon, aucun n’est une erreur. Il s’agit simplement de vous écouter et de savoir que peu importe votre choix, du bon en résultera et c’est tout ce dont vous avez besoin pour avancer. Et c’est de même pour votre histoire, que vous décidiez de continuer ou d’en rester là, vous ne l’abandonnez pas. Vous ne la gardez pas au chaud pour toujours non plus, car vous allez y arriver.

Je crois en vous. Et tous les chemins sont possibles. Amusez-vous avec la vie et faites des expériences, aucune ne sera une erreur et vous avez tout simplement à choisir ce qui vous porte un peu plus. Quel sera le chemin qui vous donnera assez de courage et de joie pour aller jusqu’au bout ? Croyez-moi, peu importe quel chemin vous appelle, c’est le bon, mais si pour une raison ou une autre, vous choisissez un autre chemin, parce que c’est plus rassurant, alors c’est le bon aussi.

C’est votre chemin.

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Unsplash : Jacek Dylag ; Craig Tidball ; Aaron Burden}

 

Votre œuvre d’art

Bonjour à tous !

Nombreux sont mes articles dus à mes petites heures d’insomnie. Si celles d’hier m’ont permis d’avoir de nouvelles idées (encore et toujours) pour le Cycle des Enfants de l’Univers, celles de ce matin m’ont donné à réfléchir sur l’écriture et plus particulièrement sur cette relation que l’on entretient avec les autres (lecteurs, critiques, éditeurs…).

Au départ, mon exemple très parlant portait sur la cuisine. J’avais déjà écrit tout un article dans ma tête sur votre gâteau préféré et je pensais que c’est ce que j’allais vous partager aujourd’hui, juste avant d’arriver à la fin et de penser aux œuvres d’art. C’est un peu un grand écart, même si, en soi, les gâteaux peuvent être des œuvres d’art comestibles. Pourquoi pas ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, j’ai beaucoup de choses à vous dire, mais plus important, je veux juste vous offrir une piste de réflexion.

Il faut dire que je réfléchis beaucoup en ce moment aux moyens d’éditer mes romans et je ne me suis toujours pas décidée. Vous comprendrez alors que je reconsidère mon avis sur l’auto-édition, je réfléchis aux agents littéraires, aux éditeurs. Les chemins sont étalés devant, mais je ne sais pas encore lequel prendre. Ce n’est pas grave, j’ai du temps. Mais ces choix me font me poser de nombreuses questions sur mes romans, sur ce que j’ai à offrir, sur le « produit fini ».

Votre oeuvre d'art - (1)

Je ne sais pas depuis quand le modèle d’édition lambda existe, et je ne vais pas vous donner des chiffres car c’est loin d’être le but de cet article, mais je n’en ai pas besoin pour savoir que ça fait assez longtemps. Assez longtemps pour devenir une habitude. Une fois que vous avez terminé votre roman, si vous voulez le partager, soit vous le faites lire à votre entourage, soit vous l’envoyez aux éditeurs. Dans les deux cas, vous êtes confrontés pour la première fois aux regards extérieurs. Et généralement, ce qui arrive, c’est qu’on va vous dire ce qui ne va pas. Je ne dis pas qu’ils ne vont rien trouver de bien à votre roman, ni même l’apprécier, mais s’ils sont tout simplement honnêtes, ils vous diront ce qui, à leurs yeux, ne fonctionne pas.

Et si vous n’êtes ni trop têtus, ni trop naïfs, vous allez retravailler un peu votre manuscrit. Jusqu’ici, pour ceux qui ont déjà écrit un livre, rien de très anormal, car d’une certaine façon vous cherchez à savoir ce qui ne va pas pour améliorer votre roman. Donc en fait tout va bien. Ou pas vraiment.

C’est à ce moment-là que je vais vous parler des œuvres d’art. Que l’on parle de tableaux, de sculptures ou d’autres formes, jusqu’ici, et à moins que je sois très mal informée, cela ne nous vient pas à l’idée de dire : « Il aurait dû faire ça. » On ne dit jamais qu’il aurait dû mettre du rouge à la place du bleu, ni même qu’il aurait dû faire le petit doigt un peu plus long. On aime ou on n’aime pas. Mais combien de fois a-t-on entendu cette phrase, ou même prononcée cette phrase à la lecture d’un livre ? Même pour un livre terminé, édité, approuvé par des professionnels, on peut dire « Le personnage aurait gagné à être un peu plus débrouillard, ça aurait donné plus de force au roman. »

C’est bien pour ça que nous avons des critiques littéraires, mais pas besoin de faire ce métier pour juger un livre. En tant que lecteurs, nous sommes facilement tentés d’avoir une idée sur ce que le roman aurait pu être pour être mieux. Et jusqu’à ce matin, je n’arrivais pas à voir ce qui me chagrinait profondément dans cette situation. Puis j’ai fait le parallèle avec les œuvres d’art.

Votre oeuvre d'art - (2)

Votre roman est une œuvre d’art. Attention, je n’ai pas dit chef-d’œuvre — quoique, on ne sait jamais — mais, c’est une œuvre d’art. Votre roman, votre histoire, vos personnages sont le résultat de ce que vous avez voulu exprimer, partager. C’est un mélange de vos inspirations, de vos idées, de ce que vous aimez vraiment. C’est une œuvre artistique et créative. Et pourquoi (au nom de quoi ?) on devrait dire que votre expression devrait être meilleure ? Que ce que vous avez choisi pour partager, pour créer quelque chose qui vous tient à cœur, devrait être mieux que ça ?

Quand je me suis posée ces questions, ça a fait un gros silence dans ma tête. Parce que, en tant qu’écrivaine très douée pour se dénigrer et toujours à la recherche des imperfections, je ne fais que ça d’être attentive à ce qui doit être amélioré pour plaire. La première fois que j’ai partagé mon premier roman (le prédécesseur de Pandore) et que j’ai reçu un avis, ma petite tour intérieure s’est quasiment effondrée. Imaginez plutôt un échassier à qui il manque une échasse. Ça déséquilibre, parce que ça donne l’impression qu’on est aussi nul que son roman. La vérité, c’est que nos romans sont ce qui nous représente, comme une œuvre d’art représente un artiste, ses émotions, ce qu’il a pu ressentir ou vivre lorsqu’il a créé un tableau. C’est lui. Et c’est vous. Nous. Nous sommes des artistes. Nous nous exprimons, nous donnons tellement de nous-mêmes dans nos histoires. Et finalement, pourquoi ce qui nous représente, ce qui exprime la personne que nous étions lors de sa création, devrait s’adapter aux regards des autres, devrait plaire au plus grand nombre ?

Votre oeuvre d'art - (3)

Pour être honnête, cette question vient me chercher loin et peut-être qu’elle ne vous fera aucun effet. Mais nous sommes tellement habitués à l’idée que des personnes extérieures vont à un moment ou un autre s’investir dans notre œuvre pour l’améliorer que nous ne posons plus la question. Mais améliorer quoi ? Oui, nos romans sont imparfaits, mais combien de fois avez-vous lu des livres qui vous ne plaisaient pas du tout, qui étaient pourtant bien édités ? Être édité n’a rien à voir avec la perfection, ça n’a rien à voir avec l’amélioration de notre roman. Le mode d’édition normal, c’est offrir un morceau de votre âme, de votre vécu à une maison pour qu’ils le partagent. Mais pour ça vous devrez le modifier un peu et gagner moins que tout le monde. Et, même si mon article n’est pas là pour parler du pourcentage que gagne un auteur, ça fait partie du jeu.

Nos romans sont des œuvres d’art. Ce sont loin d’être que des personnages, qu’une histoire, nous sommes derrière tout ça, nous sommes avec eux. Comme un artiste utilisera des couleurs, des formes pour exprimer ce qu’il a en lui, nous créons des romans pour mettre en mots ce que nous vivons, mais nous donnons le pouvoir aux autres de changer cela. Aucun artiste ne laisse quelqu’un derrière lui lui dire de changer quelque chose, alors pourquoi nous ? Nous avons le droit d’améliorer nos romans, nous avons le droit de réécrire encore et encore pour qu’ils expriment ce nous avons en nous. Nous avons le droit de demander de l’aide, des idées, un avis. Mais une fois que nous considérons notre œuvre comme terminée, une fois que nous avons mis le point final et que nous savons, même s’il est imparfait, que ça y est c’est fait, au nom de quoi on irait changer encore quelque chose ?

Parce que lorsque vous êtes prêts à envoyer votre manuscrit à un éditeur, vous avez déjà donné de vous, vous avez déjà retravaillé. Et c’est fort probable que l’on refuse votre manuscrit, donc vous allez l’améliorer. Mais s’il est accepté, il y aura toujours du changement. Vous aurez toujours le droit de refuser, mais nous sommes tous tellement habitués à changer, à s’adapter pour plaire que nous oublions que notre roman est l’exacte expression de ce que nous avons en nous. Même quand il est loin d’être parfait.

Votre oeuvre d'art - (4)

Je ne sais pas si je réussis à exprimer ce que je veux dire, ni même si ce sera clair ou pertinent à vos yeux, mais je sens quelque chose de tellement fort en moi qu’il faut que ça sorte. Elizabeth Gilbert a demandé un jour « Voulez-vous vivre une vie créative ? » et ces mots me touchaient déjà beaucoup, mais je sens que je suis passée à l’étape suivante. Parce que mes romans n’ont pas besoin d’être aimés, ils ont simplement besoin d’être le résultat de ce que je veux exprimer. Refléter un peu de moi. Et c’est le plus important.

Elizabeth Gilbert posait cette question parce que nous avons tous tendance à vouloir trop travailler pour que ce soit parfait. Mais on n’a pas envie de travailler toute notre vie sur un roman, on a envie de s’exprimer encore et encore. Je n’ai pas envie de travailler sur mes œuvres pour qu’elles soient à la hauteur de la Chapelle Sixtine, parce que je veux exprimer des tas de choses, vivre des tas d’histoires et les raconter. C’est ça qui compte pour moi, m’exprimer et non pas changer pour plaire. Je veux être moi-même et offrir ma vision du monde.

Cet article n’est pas là pour dénigrer les éditeurs, l’avis des lecteurs, ni même les critiques littéraires car j’ai fait quelques critiques moi-même ; il est là pour dire que nos romans ont beaucoup plus d’importance que nous le pensons vraiment et que nous ne devrions pas nous attacher aux regards des autres. Parce que si les autres ne trouvent pas ce qu’ils cherchent dans notre œuvre, ils ont la liberté de l’exprimer eux-mêmes.

Ne vous privez pas de la liberté de votre expression, ne vous privez pas de ce que vous tient à cœur pour que quelqu’un aime votre roman. Exprimez-vous, simplement, soyez vous-mêmes et partagez ce que vous avez au fond de vous parce que c’est important. Parce que ça vous appartient. Des gens aimeront ce que vous faites, mais ne changez rien pour que ce soit le cas.

Je vous souhaite une excellente journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Canva / Unsplash : RawpixelEepeng Cheong ; Kelly Sikkema}