Guérir

Je veux guérir. Je veux guérir de ce blocage qui me retient depuis des mois. Je veux libérer ma parole, libérer mes mots pour qu’ils puissent m’inspirer comme avant. Je veux écrire des histoires, comme si ma vie en dépendait. Parler de personnages qui ne font pas partie de ma vie, mais qui ont une valeur inestimable. Raconter des moments que je ne vivrais jamais et les ressentir au plus profond de moi. Ne plus ignorer ce feu qui veut jaillir. Ce feu dont j’éteins les étincelles en ayant peur.

Je veux guérir mes mots, ma parole. Guérir ce qui me blesse chaque jour davantage par son absence. Me permettre de vivre à nouveau cette joie intense d’écrire une histoire, même imparfaite. Je veux retrouver ce lien unique avec mon imaginaire qui n’avait alors aucune limite. Je veux libérer ces barrières en moi, les briser, voler par-dessus et vivre à nouveau cet intense plaisir et me sentir à ma place.

Je veux retrouver cette place. Cet espace dans lequel je ne pensais pas être à l’aise, mais qui était si confortable finalement. Parce qu’aujourd’hui le manque se fait ressentir et je n’ai plus les mots pour le combler. Chaque mot semble déplacé de si peu, manque mon cœur qui désire tant les retrouver. Je veux retrouver ces lieux dans lesquels je voyageais en quelques secondes, vers des mondes que j’imaginais et qui me donnait l’impression d’être chez moi.

Je veux revivre ce bonheur, même le plus simple, qui me permettait de croire que cela ne partirait jamais.

Je veux guérir, pour moi. Pour me retrouver et ne plus douter de quelle est ma place. Être écrivaine, même seulement dans ma chambre, s’il le faut, même pour quelques minutes, même sans être lu. Parce que j’en ai besoin. Parce que c’était ma vie.

Et si aujourd’hui, je semble encore blessée par cette absence, je veux croire en ma guérison. Croire que cet unique lien n’a pas disparu, mais soit seulement perdu. Je veux croire qu’il me suffit de le retrouver pour marcher à nouveau sur ma route. Et surtout, je veux croire en moi, croire en cette vérité qui est la mienne et l’écrire, qu’importe ce qu’elle est. Parce que, de tout mon être, ces mots et ces histoires sont ce qui me raconte le mieux. J’ai besoin de m’exprimer à nouveau pour ce que je suis, pour enfin ne plus m’oublier, ni m’ignorer. Me reconnaître pleinement et faire vivre ce qui m’apportait le plus de bonheur, mais que je ne savais pas reconnaître à cet instant.

Je veux guérir et j’attendrais. Que le moment vienne, que le courage soit enfin là, pour être à nouveau celle que j’étais. Ou bien devenir quelqu’un d’autre qui saura chérir ce bien précieux qu’est l’écriture.

Je veux y croire. Et qu’importe que le temps passe, je sais au fond de moi que je guérirais.

Caroline


Photo : MILKOVÍ sur Unsplash

Quelques nouvelles !

Bonjour !

Voilà déjà un moment que je ne suis pas revenu par ici et j’ai presque l’impression que cela fait bien plus d’un mois que j’ai posté la dernière fois ! Il s’est passé plein de choses, mais ce serait difficile de les raconter puisqu’elles ont plus rapport à mon monde intérieur qu’à celui extérieur. Les changements se sont faits en moi et j’ai eu besoin de temps pour m’ajuster à tout ce qui se présentait dans ma vie. Je ne vais donc pas m’étendre sur ce point. Cette longue pause m’a permis de mettre de l’ordre dans mon monde intérieur pour retrouver la paix et l’anxiété va tout doucement reprendre la place que je lui avais donné l’année dernière. Pour me laisser avancer comme je le souhaite !

Toujours est-il que si j’ai fait une pause réseaux sociaux et blog, je n’ai pas plus écrit sur mon roman depuis la dernière fois. Et maintenant que j’ai remis de l’ordre dans mes idées, je pense reprendre très bientôt l’écriture. Par contre, je dois le dire, le challenge Journal d’Écriture va être mis de côté ! S’il m’a été nécessaire pour pouvoir passer au-delà de bon nombre de chapitres difficiles à écrire, ce mode d’écriture ne convient pas à ce que je désire pour ma vie en ce moment. Je commence à comprendre que je ne suis ni une personne qui a besoin de se forcer, pas plus qu’une personne qui a seulement besoin de temps. Je suis les deux, dépendamment de la période que je traverse. Parfois, j’ai besoin d’un petit coup de pouce et, dans ce cas, je reprendrais avec plaisir quelques partages quotidiens de ma progression. Mais souvent, comme en ce moment, quand je suis bien plus dans l’introversion que dans le partage, j’ai besoin d’espace pour pouvoir me sentir libre.

Je ne sais donc pas quand je vais reprendre l’écriture de La Voix d’Origine, car j’ai encore besoin de m’ajuster à quelques petites choses, mais l’envie de revenir à cette histoire commence à émerger de nouveau derrière les peurs. Des peurs que je laisse petit à petit derrière moi. Comme si les derniers voiles se soulevaient pour me permettre de voir la lumière de mes histoires, loin de mes limites personnelles.

Je pensais donc vous laisser un petit mot, pour vous donner des nouvelles et ouvrir une nouvelle porte, même si je ne me sens pas particulièrement bavarde en ce moment et que je ne vais pas vous livrer un de mes articles à rallonges ! Du côté des portraits d’âme, la reprise s’est déjà faite en douceur et je pense que je vais pouvoir libérer les derniers nœuds à travers des aquarelles plus personnelles. Je ne me donne pas d’objectifs, puisque c’est comme si je sortais d’un long rêve, épais et lourd à traverser. Je vais laisser la routine s’installer d’elle-même, sans décider de ce qu’elle devrait être et puis voir ce que la vie a à me proposer !

Je vous souhaite une merveilleuse semaine et je vous retrouve très bientôt ! 💛

Caroline