3

À propos

La Fille de la Pluie, au même titre que les autres romans des Enfants de l’Univers, est venue sans que je m’en rende compte. Le Cycle grandit et je suis attachée à la fille de la pluie, la jeune Mahairi et à ce qu’elle est profondément.

Cette nouvelle, qui peut très vite devenir un roman, va traiter de sujets un peu plus dur que ce dont j’ai l’habitude, puisque je vais parler d’esclavage et même d’élevage. Et pourtant, Mahairi porte cette histoire sur ses épaules et son amour rend tout beaucoup plus lumineux qu’on ne pourrait le croire.

Je n’ai encore que très peu avancé sur cette histoire, mais j’ai hâte de vous en parler plus !


Résumé (provisoire)

« Elle n’avait de valeur que dans la tristesse. Mais personne ne voyait que le plus précieux en elle, c’était son amour pour la vie. »

Sur Parse, certains êtres naissent avec un don, celui de faire tomber la pluie. Dans un pays aride où rien n’a plus de valeur que l’eau, les Fils de la pluie ne survivent que pour leur utilité, mais sans liberté. De moins en moins nombreux, ils voient leur avenir s’assombrir lorsqu’une femme réveille les foules en proclamant qu’ils doivent appartenir à Arena. Rassemblés, élevés et répartis sur l’ensemble du pays, c’est en étant contrôlés qu’ils participeront à la prospérité du peuple.

La nuit précédent la légalisation de cet élevage, Mahairi quitte la capitale, mais face aux déploiements des forces areniennes, elle n’aura d’autres choix que d’accepter la première main tendue et de partir en voyage vers les terres de ses ancêtres.
De cette traversée du désert naîtra une histoire qui ne doit pas être oubliée.


État du Projet

(14/10/2019) Une histoire qui est encore loin d’être achevée, même si j’ai déjà de nombreux éléments pour commencer. J’en suis à la planification.

{Image : Pixabay}