Bloganniversaire | 4 ans

Bonjour !

Je dois avouer que si WordPress ne m’avait pas prévenu, j’aurais probablement oublié l’anniversaire de mon blog ! Il faut dire que, comme bien souvent, je crée quelque chose et ne le mets en ligne que quelques semaines, voire quelques mois plus tard. Je ne suis même pas certaine de m’être souvenue un jour que je l’avais créé en janvier ! Pourtant, je souhaitais partager avec vous cette étape qui signifie beaucoup pour moi et saisir l’occasion pour faire une petite rétrospective !

4 ans. C’est à la fois très peu temps et tellement d’expériences dans une vie. Ce qui est sûr, c’est que je n’aurais certainement pas deviné ce que deviendrait mon blog quelques années plus tard. Il faut dire que j’ai toujours eu la mauvaise habitude de créer des blogs sans les mener très loin. Je ne compte plus le nombre de skyblogs et autres sites que j’ai pu créer et supprimer dans la foulée. C’est à se demander pourquoi celui-là a tenu sur la longueur ! Toujours est-il que je ne pensais certainement pas m’investir autant, tenir tant d’années et développer quelque chose qui me tienne tant à cœur !

marisa-morton-545165-unsplash(1)

Je me souviens encore des premiers posts dans lesquels je vous partageais timidement mon premier livre : Pandore. Timidement, car à l’époque, je n’écrivais pas des articles aussi longs qu’aujourd’hui ! Cela tenait plutôt en deux trois paragraphes. Mais cela ne m’a pas empêché de prendre mes marques et de lancer mes Journées d’écriture partagées. Premier challenge qui m’a permis de me découvrir en tant qu’écrivaine et de terminer l’une des rares versions de La Voix d’Origine. Commencé du 1er juillet 2015 et achevé à la fin de l’été, j’ai passé mes journées entières à écrire sur mon roman et par la suite sur mon blog pour vous partager ma progression. J’ai repris ce concept deux autres fois avec la réécriture de ce premier jet et le commencement de Lux Æterna.

Le 26 février 2016, j’ai écrit l’article sur les Personnages. Article qui sonnera le début de tant d’autres posts sur l’écriture. Avant cela, je ne faisais que partager mon quotidien d’écrivaine, mais à partir de ce jour, j’ai pu développer mon amour pour cette passion, essayer de mieux la comprendre et partager mes astuces en cas de blocages. Il faudrait à présent quatre paires de mains pour les compter sur les doigts ; déjà 34 articles au compteur et ce n’est pas près de s’arrêter là !

Après cela, il faudra attendre août 2016 pour découvrir le Carnet de Notes – catégorie que j’utilise encore trop peu – dans lequel je partage, à l’image d’un journal, mes sentiments du moment sur mes projets et ma progression. Et il devrait sûrement revenir dans quelques temps puisque cela fait quelques mois que je ne vous ai pas parlé des mes romans !

Ce blog a aussi été l’occasion de vous partager des histoires gratuites. C’est en décembre 2015 que j’ai eu envie de vous offrir des nouvelles, pour vous remercier de vos visites et de votre fidélité ! En très peu de temps, l’histoire des Sans-Royaumes est née. Et ce qui ne devait tenir qu’en une seule nouvelle s’est transformé l’air de rien en une trilogie. Par la suite, Miroir, le reflet des Contes a rejoint le groupe et m’a, comme chacun de mes écrits, permis d’en apprendre plus sur moi et ma façon d’écrire.

camylla-battani-781100-unsplash

En retraçant mes articles au fil des années, je me remarque aussi à quel point mes romans ont évolué. Que ce soit Le Pacte du Magicien qui n’aura de cesse de revenir dans ma vie et de me surprendre ou bien les Enfants de l’Univers, cycle découvert l’année dernière et qui m’a permis de créer un lien entre les histoires qui comptent le plus pour moi, je ne suis plus la fille de 19 ans qui venait partager timidement son Pandore. Et si aujourd’hui, je n’ai pas plus à vous partager que mes histoires gratuites, mes romans ont évolué tout autant que moi. Aujourd’hui, je sais que je regarde mes romans différemment. Je ne me mets plus la pression de devoir réussir ma vie grâce à eux. J’apprécie le temps que je passe avec eux et je les réalise peu à peu, à mon rythme. Mais je prendrais le temps de revenir sur le sujet dans un autre article, pour faire une mise-à-jour !

Toujours est-il que voilà, quatre ans plus tard, l’aquarelle intuitive a rejoint l’écriture et je sais que ce site est loin d’avoir terminé son aventure. Quatre ans plus tard, je ne suis plus la même et ce blog m’a apporté beaucoup d’expériences. Mais plus que tout, ce site m’a permis de m’exprimer lorsque je n’avais pas le courage de le faire autrement que derrière un écran. Ce blog m’a donné une place pour pouvoir partager les choses qui me tiennent le plus à cœur et pour parler de l’écriture, encore et toujours.

Ce blog m’a vu grandir et je crois que fêter aujourd’hui ses quatre ans me fait plus d’effet que je ne l’aurais cru. Je suis fière du chemin parcouru, je suis fière d’avoir osé petit à petit me montrer telle que je suis, enlever les masques et parler de tout ce qui me venait du fond du cœur.

Je souhaiterais aussi en cette occasion vous remercier ! Que vous veniez de découvrir mon site ou bien que vous le connaissiez depuis le début, merci de tout cœur de faire partie de ce petit monde qui est le mien. Notre aventure est loin d’être terminée et pour ceux qui attendent depuis un bout de temps de lire ne serait-ce qu’un de ces romans dont je parle depuis tant d’années, je crois, sans trop m’avancer, que ce moment arrivera bien un jour ! Et qui sait, peut-être que cette année sera la bonne ? 😀

Merci à vous pour votre soutient !

Caroline


Photos : 1 & 2 sur Unsplash

Carnet de Notes #24

Ces derniers temps, j’ai plus d’un projet sur le feu. Je ne peux pas dire que je suis dépassée, puisque, pour continuer la métaphore, toutes les casseroles sont sur feu doux. Je ne suis pas pressée par le temps, ça peut cuire pendant des jours et des jours et ça ne sera pas un problème.

Mais avoir autant de projet en même temps — ce qui peut être stimulant me fait me poser quelques questions et aujourd’hui plus qu’hier, je suis concentrée sur le nœud du problème, oubliant pourquoi je suis autant passionnée par ce que je fais. J’écris parce que j’aime ça, je dessine parce que je m’améliore, je crée un nouveau site parce que ça me parle tout autant que le reste… Et je vois tout ça, en me demandant si je ne deviens pas folle, si je ne suis pas en train de me noyer pour ne pas avancer. Mais plus je tourne cette question dans ma tête, et plus je me demande pourquoi ces idées m’ont plu au départ, parce qu’elles ne sont pas venues par hasard dans ma vie. Tous ces projets m’apportent quelque chose de différent, m’enrichissent à plus d’un niveau et sur des thèmes variés et aussi inspirants les uns que les autres. Comment peuvent-ils m’être néfastes ?

Pour être honnête, je ne sais pas où je vais avec ce texte. Je n’ai probablement pas encore dénoué tous les nœuds, mais je crois que j’ai fini par comprendre quelque chose qui va peut-être m’aider à me détendre un peu, à me faire plus confiance. La véritable question que je dois me poser c’est : pourquoi dois-je me limiter ? Ce qui est fou, c’est que j’ai justement peur de faire toutes ces choses en même temps, comme si elles me freineraient, alors qu’en réalité elles m’apportent exactement ce dont j’ai besoin. Ces projets se soutiennent entre eux, me supportent moi. Et pour quelle raison devrais-je me limiter ? Nos doutes, nos peurs sont déjà très limitants et on devrait en plus se dire : « Non, écris d’abord ce livre. » Pourquoi ne pourrions-nous ne pas avoir plus d’une idée, plus d’un projet en cours de route ?

Cette pensée rejoint celle que j’ai eue il y a quelques mois de cela, quand j’ai commencé à entrevoir d’autres projets dans ma vie que l’écriture. Au départ, ça m’a énormément chamboulée, parce que j’ai toujours pensé que l’écriture serait ma vie. J’ai toujours pensé que je ne serais que ça. Et étrangement, quand j’ai commencé à aimer d’autres choses, à me passionner autant pour d’autres activités, c’est comme si je devais faire un choix. Je me suis mise dans un état de tristesse intense, comme si je devais abandonner l’écriture pour faire autre chose qui me plaisait tout autant. Mais bon sang, d’où me vient cette idée que je ne peux être qu’une chose à la fois ? Est-ce parce que je ne serais experte en rien ? Amatrice en tout ? Mais pourquoi je travaille sur tous ces projets si ce n’est avant tout pour moi, pour m’enrichir, pour vivre une vie créativité et pleine de sens ? Lorsque j’ai compris que je pouvais être autre chose qu’écrivaine, que je pouvais faire deux choses que j’aimais, je me suis sentie libérée. Et aussi soulagée, parce que je n’avais pas à abandonner une partie de moi pour une autre. Je suis multiple. L’écriture est, et sera toujours une part importante dans ma vie, mais ce n’est pas parce que je la chéris que je dois oublier toutes les autres composantes de mon être, que je dois ignorer les appels en moi qui me portent sur d’autres terrains, vers d’autres voyages.

Oui, j’ai plusieurs projets en cours, mais ma vie ne m’a jamais paru aussi riche qu’elle l’est aujourd’hui. Oui, ça prendra certainement du temps et la gestion de tout ça ne sera pas facile, mais j’ai confiance. J’ai besoin de faire confiance à mon intuition, à ce qui brille en moi. Je dois faire de l’espace pour tout ce que je suis au fond de moi. Mais plus que tout je dois arrêter de me limiter, parce que ça ne sert personne.

Aujourd’hui, je ne sais pas ce que la vie me réserve, ni comment ces projets vont évoluer. Certains peuvent changer encore, certains peuvent arriver en cours de route quand d’autres seront terminés plus vite que prévu. En vérité, je ne sais pas. Je n’en sais rien. Qu’est-ce que va devenir ce blog, mes écrits ? Je n’en ai pas la moindre idée. Tout ce que je sais c’est que l’envie qui m’a poussé à les commencer me porte encore aujourd’hui et m’encourage à continuer, peu importe mon rythme, peu importe la forme. J’ai tout simplement envie de me laisser porter par l’énergie de ces projets, me lever le matin en observant en moi ce qui me permettra d’aider un projet plutôt qu’un autre. De faire confiance en ce qui se passe plutôt que de planifier, tenter de contrôler à tout prix ma vie quand elle me dit de lâcher et d’accepter tout ce qui peut se passer. Mais d’avant tout, comme Elizabeth Gilbert le dit si bien, vivre une créative. Ne pas avoir d’attentes et apprécier le voyage autant que la destination. Si ce n’est plus.

Voilà, je ne sais pas ce qui vient de se passer, mais c’est qu’il y avait sûrement une utilité quelque part. Comme me détendre un peu ! ^^ Je tiens à remercier la bonne âme qui m’a permis de me souvenir du Carnet de Notes, puisque voilà déjà un moment que je voulais parler sans savoir comment. Les rencontres ont du bon et c’est en remarquant ces petits moments parfaits où tout semble être à sa place que je me dis que ma vie va s’aligner d’elle-même et que mes projets sauront cohabiter sous le même toit. Parce que la vie est une expérience et que peu importe le chemin que l’on emprunte, il sera riche d’apprentissages.

Et c’est tout ce que je demande.

Bannière Caroline Dubois