Quelques nouvelles !

Bonjour !

Voilà déjà un moment que je ne suis pas revenu par ici et j’ai presque l’impression que cela fait bien plus d’un mois que j’ai posté la dernière fois ! Il s’est passé plein de choses, mais ce serait difficile de les raconter puisqu’elles ont plus rapport à mon monde intérieur qu’à celui extérieur. Les changements se sont faits en moi et j’ai eu besoin de temps pour m’ajuster à tout ce qui se présentait dans ma vie. Je ne vais donc pas m’étendre sur ce point. Cette longue pause m’a permis de mettre de l’ordre dans mon monde intérieur pour retrouver la paix et l’anxiété va tout doucement reprendre la place que je lui avais donné l’année dernière. Pour me laisser avancer comme je le souhaite !

Toujours est-il que si j’ai fait une pause réseaux sociaux et blog, je n’ai pas plus écrit sur mon roman depuis la dernière fois. Et maintenant que j’ai remis de l’ordre dans mes idées, je pense reprendre très bientôt l’écriture. Par contre, je dois le dire, le challenge Journal d’Écriture va être mis de côté ! S’il m’a été nécessaire pour pouvoir passer au-delà de bon nombre de chapitres difficiles à écrire, ce mode d’écriture ne convient pas à ce que je désire pour ma vie en ce moment. Je commence à comprendre que je ne suis ni une personne qui a besoin de se forcer, pas plus qu’une personne qui a seulement besoin de temps. Je suis les deux, dépendamment de la période que je traverse. Parfois, j’ai besoin d’un petit coup de pouce et, dans ce cas, je reprendrais avec plaisir quelques partages quotidiens de ma progression. Mais souvent, comme en ce moment, quand je suis bien plus dans l’introversion que dans le partage, j’ai besoin d’espace pour pouvoir me sentir libre.

Je ne sais donc pas quand je vais reprendre l’écriture de La Voix d’Origine, car j’ai encore besoin de m’ajuster à quelques petites choses, mais l’envie de revenir à cette histoire commence à émerger de nouveau derrière les peurs. Des peurs que je laisse petit à petit derrière moi. Comme si les derniers voiles se soulevaient pour me permettre de voir la lumière de mes histoires, loin de mes limites personnelles.

Je pensais donc vous laisser un petit mot, pour vous donner des nouvelles et ouvrir une nouvelle porte, même si je ne me sens pas particulièrement bavarde en ce moment et que je ne vais pas vous livrer un de mes articles à rallonges ! Du côté des portraits d’âme, la reprise s’est déjà faite en douceur et je pense que je vais pouvoir libérer les derniers nœuds à travers des aquarelles plus personnelles. Je ne me donne pas d’objectifs, puisque c’est comme si je sortais d’un long rêve, épais et lourd à traverser. Je vais laisser la routine s’installer d’elle-même, sans décider de ce qu’elle devrait être et puis voir ce que la vie a à me proposer !

Je vous souhaite une merveilleuse semaine et je vous retrouve très bientôt ! 💛

Caroline

Désapprendre

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet qui me donne à réfléchir depuis un certain temps. Comme beaucoup d’entre vous, je me renseigne sur l’écriture, les différentes techniques, les possibilités, les erreurs à éviter… On ne compte plus les articles, vidéos et autres essais sur le sujet nous promettant parfois une meilleure écriture, voire même un meilleur rythme.

Je crois que j’ai commencé à apprendre quand j’ai décidé de devenir écrivain. Devoir me confronter au monde de l’édition me demandait de m’améliorer, je ne voyais pas les choses autrement. Et aujourd’hui, je suis contente d’avoir fait ces recherches, d’avoir lu quantité d’articles, parce que ça m’a aidé. Toutes ces lectures m’ont appris à devenir meilleure, certes avec le temps, mais ça a profondément amélioré ma qualité d’écriture. Ça m’a ouvert à autre chose. Et pourtant, aujourd’hui, j’ai besoin de désapprendre.

Désapprendre - 1

L’intuition ne s’apprend pas, notre voix ne se découvre pas au milieu de ces articles… Plus les années passent et moins je m’accroche à ces articles comme à une vérité universelle. En découvrant que certaines personnes se contredisaient, j’ai bien fini par comprendre qu’il n’y avait pas un seul moyen d’écrire. « Show don’t tell », utiliser le verbe « dire » pour les dialogues ou au contraire choisir d’autres verbes, « comment construire son intrigue »… Que des thèmes qui sont intéressants à lire, mais je ne suis plus certaine de leur utilité. Car je crois qu’il arrive un temps où nous devons désapprendre. Peut-être pas oublier ce savoir, mais oublier de l’utiliser. Ne plus se concentrer sur lui en écrivant, parce qu’on finit pas toujours s’analyser et se juger sur le moindre faux-pas. Mais faux-pas selon qui ?

Il faut savoir que je ne crache pas dessus. Je ne dis pas que ces articles ne sont pas utiles, mais je crois que dans notre quête d’amélioration, on leur accorde trop d’importance. On oublie l’essentiel, on oublie de pratiquer et de faire des expériences. On oublie que l’on peut apprendre par nous-mêmes et plus que tout que nous sommes tous différents.

Combien de fois j’ai entendue des écrivains dire d’écrire tous les jours ? Et combien de fois j’ai culpabilisé de ne pas le faire ? Tout ça parce que je croyais en cette pratique comme en une vérité universelle et que si je n’écrivais pas tous les jours, alors cela signifiait que je n’avais pas vraiment la volonté de terminer mes romans. Si ces articles m’ont appris énormément, je pense qu’ils m’ont fait autant de mal par la suite, en m’aidant à culpabiliser, à douter de moi et de mes capacités. Parce que si je n’y arrive pas, vais-je seulement réussir à écrire un jour ?

Désapprendre - 2

On est loin, très loin du temps où je m’installais sur le fauteuil de mes parents et allumait leur ordinateur pour écrire une histoire qui venait de me cueillir en jouant de le jardin. Où est cette innocence, cette spontanéité ? Personne ne m’a appris à la chérir dans ces articles. Personne ne m’a dit que, malgré l’utilité de toutes ces leçons, le plus important était cette intuition, cette envie d’écrire ? Parce qu’avant je ne me préoccupais pas de mon écriture, ni de mon intrigue et encore moins de l’équilibre de mes personnages. Je racontais simplement une histoire et je ne misais pas ma vie dessus.

Cet article rejoint beaucoup celui que j’ai écrit sur la perfection, parce qu’en un sens l’envie de perfection vient avec tout ce qu’il nous reste à apprendre. On éprouve le besoin d’être meilleur par satisfaction personnelle, mais bien plus pour l’avis des autres. Et où est notre joie d’écrire derrière tout ça ? Derrière les verbes, derrière les mots qui font soi-disant de nous des amateurs, derrière les erreurs à éviter ? En quoi l’écriture, sous n’importe quelle forme, est une erreur ? Diriez-vous à un enfant qui écrit par passion qu’il est dans l’erreur ?

Vous savez que ce qu’il écrit est loin d’être parfait, mais vous ne pouvez que voir dans son regard la passion qui l’anime, qui lui donnera envie d’écrire un autre roman. Un autre roman qui sera de lui-même meilleur que le précédent. Et aujourd’hui, j’ai envie de me contenter de ça. Parce que je crois avoir fait le tour de tous les articles, d’une grande partie des sujets sur l’écriture et que je ne veux plus leur accorder d’importance. Aujourd’hui, j’ai simplement envie d’être curieuse, et pas d’être en apprentissage. Je veux écouter les pratiques des autres et me demander, en essayant, si ça ne pourrait pas me convenir. Mais je ne veux plus croire en ces articles comme si eux seuls détenaient la vérité sur l’écriture. S’il n’y avait qu’un seul conseil que l’on devrait donner aux écrivains, c’est d’essayer tout, mais de faire son propre chemin. Être curieux pour découvrir, s’ouvrir aux possibilités, mais continuer de faire ce qui lui convient le mieux.

Mais surtout, de continuer d’écrire comme s’il était un enfant. Nous ne devrions jamais perdre cette passion qui nous anime et qui nous poussera, quoi qu’il arrive, vers l’amélioration. C’est à travers les expériences que l’on apprend, à travers la vie et c’est ce que j’ai envie d’expérimenter maintenant.

Je n’ai plus envie d’apprendre l’écriture, j’ai envie de la vivre.

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Canva / Pixabay}